Soutenance HDR de Patrick Poncet, Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, à l'Université de Lille

tves Soutenance de HDR
02 déc. 2020 14:00 - 17:00
en visioconférence

Normal 0 21 false false false FR X-NONE X-NONE /* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name:"Tableau Normal"; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-priority:99; mso-style-parent:""; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin-top:0cm; mso-para-margin-right:0cm; mso-para-margin-bottom:8.0pt; mso-para-margin-left:0cm; line-height:107%; mso-pagination:widow-orphan; font-size:11.0pt; font-family:"Calibri",sans-serif; mso-ascii-font-family:Calibri; mso-ascii-theme-font:minor-latin; mso-hansi-font-family:Calibri; mso-hansi-theme-font:minor-latin; mso-bidi-font-family:"Times New Roman"; mso-bidi-theme-font:minor-bidi; mso-fareast-language:EN-US;} Appuyée sur une pratique de la géographie comme science dans l’action, ce travail d’habilitation à diriger des recherches présente et donne corps à l’intelligence spatiale, vue comme une technologie sociale dont on pourrait dire qu’elle est à la géographie ce qu’est la comptabilité à l’économie ou la médecine à la biologie, ce qui conduit à proposer une nouvelle théorie pour la géographie. D’abord sont décrites les conditions de possibilité d’une technologie sociale à base géographique et les modalités de son hybridation avec d’autres disciplines. Suit une présentation renouvelée de la science géographique, sélective et intégratrice; étape nécessaire à une unification disciplinaire en vue de son « amplification » technologique, voire de sa « vulgarisation ». Enfin, viennent un certain nombre d’éclairages sur des problèmes géographiques considérés sous l’angle de l’intelligence spatiale, qu’il s’agisse des modalités du conseil stratégique, de la manière de considérer la mondialisation, la conservation patrimoniale, ou encore d’une théorie originale de la cartographie. Une quatrième partie propose un regard réflexif sur ce travail de fondation de l’intelligence spatiale, en vue d’aller plus loin. Il définit un projet scientifique, celui du développement d’une « géographie fondamentale » assumée, comme on parle de physique fondamentale. Un projet scientifique conclue le propos, appuyé sur le développement (principes et moyens) des inventions conceptuelles clés de l’intelligence spatiale : bilan spatial, liquidité spatiale et urbanités, spectre et signature scalaire, phases spatiale, classes spatiales, théorie de la ville (modèle centralités/quartiers/espaces publics, ville sphère+tore), typologies urbaines (DT?), cartographie paramétrique (anticartogramme), sémiologie Taille/Forme/Couleur/Effets… L’intelligence spatiales est ainsi l’occasion d’une mise en résonance de toutes les géographies. Garant de l'habilitation : Marc DUMONT, Professeur des Universités, Université de Lille Rapporteurs : Sébastien Gadal, Professseur des Universités, Université Aix-Marseille, Guy Baudelle, Professeur des Universités, Université Rennes 2 Examinateurs : Edith Fagnoni, Professeure des Universités, Sorbonne Université, Isabelle Lefort, Professeure des Universités, Université Lumière Lyon 2, Jaques Lévy, Professeur des Universités, Université de Reims


Tweeter Facebook