APROTER

Dates : 2018 – 2021

Financeurs : Région Hauts-de-France - AAP 2015 systèmes agricoles et environnement - Conseil régional Hauts-de-France.

Subvention pour TVES : 25 249 €

Coordinateur du projet : Nicolas ROUGET, CALHISTE EA4343 (Université de Valenciennes)

Laboratoires associés : TVES, CLERSE, UMR ESO, CERAPS,

Partenaires : Association terres en villes, MEL, Communauté d’agglomération du Douaisis.

Participation TVES : Magalie FRANCHOMME, Christelle HINNEWINKEL, Marc DUMONT

Résumé du projet : Dans un contexte caractérisé par l’accroissement des demandes sociales de nature et de remise en cause des modèles productivistes de la production et de la distribution alimentaire, ces dernières décennies ont été marquées par le retour de l’agriculture dans la cité et ont scellé une alliance nouvelle entre nature, ville et agriculture à des fins aménitaires dans un premier temps, puis surtout nourricières.

La question de la relocalisation de la production alimentaire à proximité des marchés de consommation n’est pas celle d’assurer la quantité mais d’assumer pleinement la fonction complexe tout à la fois sanitaire, sociale et environnementale de l’alimentation. La question alimentaire, par ailleurs, façonne la ville, ses territoires, mais également pénètre ses institutions. C’est donc bien la question de la dynamique globale de la relocalisation alimentaire que nous proposons d’examiner dans son état et dans ses perspectives (durabilité et environnement, trajectoires agricoles, autonomie et dépendance aux filières amont et aval, foncier et multifonctionnalité, trame verte, gouvernance et projet de mise en valeur des espaces productifs agricoles).

Quatre axes de recherche :

Axe 1 : "Dynamiques agricoles et durabilité" (responsable, Marc Dumont)
Axe 2 : "Du vert à l'alimentaire : Trames vertes - trames nourricières" (responsable, Guillaume Schmitt)
Axe 3 : "Projets collectifs et modalités de gouvernance" (responsable, Nicolas Rouget)
Axe 4 : "Transversalités" (responsable, Nicolas Rouget)

 

CLIMIBIO

Dates : 2015-2020

Financement : Contrat de Plan État - Région (CPER)

Soutien financier : Région Hauts-de-France, FEDER de l'Union Européenne - Ministère de l'Education Nationale, de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche - Etablissements tutelles des laboratoires.

Responsables scientifiques : Pascal Desgroux (PC2A), Xavier Vekemans (EEP)

Coordination pour TVES : Magalie Franchomme (ULille), Séverine Frère (ULCO)

Partenaires :

  • Université de Lille
  • Evo-Eco-Paléo, PC2A, LOA, PhLAM, LASIR, LOG, Clersé, ICARE, TVES, LGCgE
  • IMPECS, INSERM 1167 et U995
  • Université du Littoral Côte d’Opale
  • LPCA, UCEIV
  • Mines Douai

Résumé du projet : C'est un projet environnemental pluridisciplinaire regroupant 16 laboratoires de la région Hauts-de-France ainsi que le CNRS, l’INSERM, le CNES, l’IFPEN. Il a pour but d’étudier l’évolution des milieux et du climat, d’analyser les impacts de ces évolutions sur la biodiversité, la qualité de l’air, la santé, la société et d'envisager les perspectives et stratégies d'adaptation à ces changements.

A ce titre, des pistes d’atténuation de ces effets en agissant à la source et en s’appuyant sur des outils prédictifs d’aide à la décision doivent être proposées . Un volet important du projet concerne plus particulièrement la région Hauts-de-France, zone potentiellement fragilisée par le changement climatique. La région est en effet un territoire au relief peu prononcé, en permanence balayé par des masses d’air provenant des grandes zones-sources de pollution qui le borde. Dans la région et les zones limitrophes, sont mises en place des observations ciblées, concertées et multidisciplinaires des impacts du changement climatique sur la dynamique des milieux, et en particulier de l'atmosphère, sur la biodiversité, la santé humaine et la société.Ces observations doivent permettre de prévoir les impacts futurs, d’orienter les actions à mener et de prédire leur efficacité à partir de modèles déterministes validés par les observations.

Le projet est structuré selon 5 axes de travail :

  • les outils de caractérisation,
  • la dynamique de l’atmosphère et du climat,
  • les impacts sur le monde vivant,
  • les stratégies d’observation et d’évaluation
  • les leviers d’action.

Le laboratoire TVES est impliqué dans différentes activités. Une enquête par entretiens auprès des agriculteurs et de la chambre d’agriculture des Hauts-de-France doit analyser la mise en place et l’efficacité des nouvelles pratiques agricoles visant la réduction des GES (gaz à effet de serre).

La perception du changement climatique, de ses impacts et des mesures à mettre en œuvre sera évaluée à l’aide d’une enquête par questionnaires auprès de la population des Hauts-de-France. La mise en place de leviers d’action et d’outils d’aide aux politiques publiques sera questionnée à travers les outils d'aménagement du territoire et favoriser d’une part, l'adaptation au changement climatique et son atténuation en recensant les outils existant et leurs éventuels liens et d’autre part, évaluer l'opérationnalité de ces aménagements (TVB, modification de l’éclairage urbain, renaturation).  

Site web Climibio

# Marion BRUN de Climibio "Eau, Biodiversité, Climat"

Journée de restitution de l'enquête menée par le labo TVES - 11 juin 2019

COMPUS

Dates : Février 2020 - décembre 2021

Financement : CROUS Lille Nord Pas-de-Calais

Porteurs du projet TVES : Iratxe Calvo Mendieta – Alexis Alamel

Résumé du projet : Le défi du changement climatique impose des réductions importantes des émissions de gaz à effet de serre (GES) dans tous les domaines d'activité. L'étude des comportements et usages des occupants est indispensable afin de construire des politiques publiques d'économie d'énergie dans le secteur résidentiel. Cette recherche s'intéresse aux étudiants décohabitants (qui ont quitté le domicile des parents) résidant en résidence universitaire. Cette étude cherche à répondre à la problématique suivante: dans quelle mesure la compréhension des comportements et usages des étudiants logés en résidence étudiante CROUS permet d'identifier les variables déterminantes des consommations énergétiques? La méthodologie utilisée consiste à mener une enquête avec un volet quantitatif (questionnaire) et un volet qualitatif (entretiens semi-directifs). Le public ciblé correspond aux étudiants locataires dans une résidence gérée par le CROUS Lille Nord-Pas-de-Calais.

Chantier Calais Port 2015

Dates : 11/09/2018 au 31/12/2023

Financement : Société des Ports du Détroit (SPD) - Bouygues Travaux Publics (BYTP) – Société d’Exploitation des Ports du Détroit (SEPD)

Porteurs du projet TVES : Jean-Marc Joan – Mariantonia Lo Prete

Résumé du projet : Depuis 2015 a été engagé le plus important chantier portuaire français, voire européen. Ce chantier de 850 millions d’euros consiste à construire un nouveau port à Calais avec une digue de plus de 3 kms, un vaste bassin et de nouveaux terre-pleins gagnés sur la mer, sans oublier les aménagements sur le nouveau terminal (3 passerelles, une vingtaine de bâtiments, les accès ferroviaires et routiers ...). Il s’agit d’un « grand chantier » structurant. Dans ce cadre, les 3 partenaires mentionnés ci-dessus ont souhaité engager une mission d’évaluation des retombées socio-économiques de ce chantier depuis son lancement jusqu’à fin 2018 (mi- chantier).

Etude des habitudes de consommation et des préoccupations environnementales des citoyens

Dates du projet : 04/02/2019 au 03/02/2021

Financement : DREAL Hauts-de-France

Porteuses du projet TVES ULCO : Séverine Frère – Iratxe Calvo Mendieta

Résumé du projet : La DREAL accompagne depuis de nombreuses années le travail des associations    d’EEDD consistant à sensibiliser les citoyens aux enjeux de la transition écologique, la poursuite des objectifs de développement durable et recherchant chez ces derniers des réflexes comportementaux toujours plus nourris face à l’urgence climatique.

Les actions que mènent les associations dans ce cadre sont multiples. Elles exposent de l’information destinée au grand public dans des salons, organisent des séminaires, programment des sorties nature, proposent des chantiers participatifs…

Le constat récurrent que l’on pose sur ces manifestations est que les « publics cibles » des associations d’EEDD appartiennent au fil du temps à des cercles d’initiés.

Devant ce constat, elle souhaite mener des investigations pour aller chercher des publics complémentaires et approfondir sa stratégie d’action pour davantage convaincre les citoyens à s’engager dans la transition écologique.

Elle propose de mener une recherche-action en collaboration avec des universitaires de manière à mieux caractériser les publics cibles actuels, les publics que l’on ne touche pas, et pouvoir ainsi développer des plans d’actions plus adaptés.

Gulivers Campus

Dates : mars 2020 - février 2021

Projet Région Hauts-de-France / dispositif START-AIRR

Financement : FIRAH  (Fondation internationale de la recherche appliquée sur le handicap) & CCAH (Cmité national coordination action handicap)- I-site ULNE

Responsable scientifique : Franck BODIN MCF ULille / TVES

Descriptif du projet :  GULIVERS CAMPUS est un projet de création d’un logiciel et d’une application Web de datavisualisation et d’optimisation des bâtiments, des cheminements et des services. Cet outil numérique concrétisera plusieurs années de recherche en matière de développement du diagnostic territorial, d’évaluation et de facilitation des mobilités. Il a été baptisé GEVU : Globale Evaluation et Visualisation des Usages. L’objectif est de permettre la diffusion de l’outil au sein de la société civile avec une demande en augmentation constante et des utilisateurs en attente de solutions. Le projet Start’Airr est une clef importante de la réussite de ce projet de recherche opérationnelle, de la finalisation de GEVU et de la création d’entreprise.

 Le développement technologique de GEVU se décline en quatre fonctionnalités complémentaires :

  • de cartographie participative et dynamique,
  • de diagnostic,
  • de navigation et d’itinéraires extérieurs et intérieurs (outdoor/indoor) selon des profils d’utilisateurs,
  • d’aide à la décision.

GEVU permettra d’intégrer des relevés, de visualiser la donnée territoriale et architecturale. Il offrira la possibilité d’évaluer le coût des changements et de visualiser les cheminements en fonction des capacités des utilisateurs, valides ou en situation de handicap. Service unique et centralisateur, GEVU favorisera le partage et la diffusion de l’information entre acteurs, décideurs et usagers. Il évaluera le niveau d’accessibilité, proposera des solutions techniques, réalisera des rapports automatiques, estimera les coûts, mutualisera les solutions.

La mobilisation de toutes les expertises (numériques, scientifiques, usagères) et la co-conception d’une application sur le site pilote de la Cité Scientifique visent la co-construction de l'aménagement inclusif, l’égalité, et l’intégration professionnelle et sociale de toutes les populations. La solution des créations d’itinéraires continus indoor/outdoor est attendue comme pionnière (du métro à la salle du cours, par exemple). GULIVERS  Campus veut développer les compétences des individus, des groupes et des espaces. Cette recherche constitue un socle reproductible pour un transfert de technologie et la création d’entreprise.

Objectifs du projets :

  • Contribuer au développement d’une société inclusive par des outils numériques et des aménagements apportant un progrès pour toutes et tous.
  • Concevoir une application de datavisualisation, d’itinéraires et de gestion reproductible (collectivités, entreprises etc.) pour favoriser l’accessibilité et la qualité d’usage.
  • Inventer un nouvel outil de navigation personnalisé outdoor/indoor en entrant un profil personnel (déficiences visuelles, cognitives, motrices ou auditives, blessures, transport d’objets, etc.).
  • Susciter une stimulation collective autour du projet comme levier de participation.
  • Favoriser l’accessibilité à la citoyenneté, à l’autonomie et contribuer à une égalité des chances.
  • Former les étudiants à l’aménagement durable accessible et constituer un apport scientifique sur les enjeux d’une société et d’une université inclusive.

Résultats attendus : Logiciel/application GEVU (Globale Evaluation et Visualisation des usages : cartographie dynamique, diagnostics, navigation par profil) 

  • Publication et articles scientifiques
  • Nouvelles solutions d’aménagements dans une base de données mutualisée
  • Constitution d’un réseau d’acteurs institutionnels/associatifs/usagers
  • Autonomisation de toutes les populations et participation citoyenne.

MARCO

Dates : 2014-2020

Financement : Contrat de Plan État - Région

Porteur du projet : ULCO

Co-responsables scientifiques : François Schmitt (LOG), Anne Brisabois (ANSES)
Coordination pour TVES : Caroline Rufin-Soler (ULCO)


Laboratoires partenaires :

  • LOG (Laboratoire d’Océanologie et de Géosciences, UMR 8787)
  • LISIC (Laboratoire d’Informatique Signal et Image de la Côte d’Opale, EA 4491, Université du Littoral Côté d’Opale)
  • IFREMER (Institut Français de Recherche pour l’Exploitation de la Mer)
  • ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail)
  • TVES : Caroline Rufin-Soler, Christelle Audouit, Philippe Deboudt, Hervé Flanquart, Christophe Gibout, Vincent Herbert, Voltaire Louinord
  • LADYSS : Anne-Peggy Hellequin (Université Paris Nanterre)

Résumé du projet : Le projet MARCO s’inscrit au sein du projet scientifique du GIS Campus de la mer, sur les axes suivants :

  • Fonctionnement des systèmes littoraux et côtiers et biodiversité
  • Pêche, aquaculture et leurs valorisations
  • Activités transversales et politique marine ntégrée (PMI)

L'objectif est de mettre en place une approche originale et innovante pour étudier le milieu marin,  ses ressources et la qualité des produits aquatiques dans le cadre d’une dynamique régionale intégrant l’impact environnemental. Il permettra de définir des paramètres critiques pour mieux gérer les ressources en adéquation avec la qualité et la sécurité des consommateurs.

Ce projet structurant, multi-laboratoires et multi-organismes, repose sur la mise en place d'instruments et d’outils pour une étude globale du milieu marin, de la ressource et de la qualité des produits. Pour répondre à ces enjeux académiques et sociétaux, le projet s’articule autour de 6 axes :

  1. Observation et évaluation de l’environnement marin,
  2. Structure, fonctionnement et dynamique des écosystèmes,
  3. Productivité et durabilité des ressources halieutiques et aquacoles,
  4. Qualité et sécurité des ressources aquatiques,
  5. Vulnérabilité et usages des éco-socio-systèmes marins et littoraux,
  6. Ingénierie marine et littorale

Participation TVES : Axe 5 / Vulnérabilité et usages des éco-socio-systèmes marins et littoraux » (coord. A. Héquette, LOG, ULCO et C. Rufin-Soler, TVES). A savoir : étude de la fréquentation, la représentation des espaces côtiers et leur évaluation économique, en s’appuyant sur plusieurs sites littoraux protégés de la Côte d’Opale. La fréquentation des sites protégés génère des coûts et des bénéfices au sein de la société́. L’estimation des bénéfices présente au moins deux intérêts pour les gestionnaires : d’une part, elle contribue à justifier les mesures de conservation auprès des financeurs publics et de la population locale, d’autre part, elle apporte des éclairages essentiels en matière de diversification des sources de  financements.

Site web MARCO

NORMAN DISPLAY

Phase 2

Dates du projet : 2020-2023

Le laboratoire TVES de l’Université de Lille assure le co-pilotage du projet NormanDisplay avec la Région Normandie pour l’ensemble des objectifs du projet et coordonne le travail (méthodologie, construction du story-board, format des données, réunions…) en lien permanent avec la Région Normandie

Partenaires : Agence Normande pour la Biodiversité et de Développement Durable, les Universités Normandes, les CAUE Normands, les agences d’urbanisme normandes, la structure de production et de formation au mapping, les lycées,… 

Objectifs :

  • Approfondir les liens déjà noués au cours des travaux réalisés entre 2017 et 2019 et continuer à développer le réseau des partenaires associés au projet.
  • Continuer à structurer avec la Région Normandie un réseau de partenaires nouveaux comme des entreprises, des associations et les institutions publiques de référence. Ces partenaires pourront être associés au projet sous différentes formes : production de films mappés (séquences scénarisées) sur le modèle du travail réalisé lors de la première convention ; alimentation de « l’entrepôt de données » associé à la Maquette interactive ; animation de séquences de concertation et de formation.
  • Concevoir un nouveau plateau 3D à la même échelle pour la maquette mère (projet phase 1) et concevoir, pour la « maquette mère », un nouveau plateau 3D à la même échelle, avec une conception plus solide et plus durable afin que les acteurs puissent toucher l’objet (observation issue des essais de terrain). L’écran sera aussi renouvelé et adapté à la projection continue de visuels, de réalité augmentée, d’entretiens et d’apports cartographiques.
  • Concevoir deux maquettes interactives hypermobiles numériques du territoire normand nommées « les maquettes interactives mobiles ». Le format de la maquette dite « maquette mère » sera réduit tout en gardant une taille propice au travail de groupe, et leur portabilité sera optimale..   

Phase 1

Dates : 2017-2019

Projet soutenu par la Région Normandie

Equipe TVES : Franck Bodin, Géographe-urbaniste, Responsable scientifique - Marie Lavande Laidebeur, Ethnologue, Coordinatrice/ Chef de projet - Thomas Ysmal, Géographe-ubaniste, Chargé de mission - Victor Bauwens, Graphiste-vidéaste/Responsable audio-visuel

Partenaires : Universités du Havre, Caen, Rouen ; CAUE de la Région Normandie, IRD2.

Objectif : Réaliser une maquette interactive de la Région Normandie, à partir d’un support topographique en 3D animé par la technologie du mapping pour impulser un processus de co-construction et de prospective. Support de visualisation, de compréhension, et de concertation, le projet NormanDisplay accompagnera la Région dans l’élaboration du SRADDET (Schémas régionaux d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires ). Le projet se déroule  avec un travail concomitant de conception, d’expérimentation et de construction de la maquette interactive.

Normandisplay

 

 

 

 

PAPERFISH

Dates : janvier 2021-novembre 2023
Financement : Région Hauts-de-France
Porteur du projet :  ANSES site de Boulogne-sur-Mer - Mélanie GAY
Partenaires :

  • UB3PA - Laboratoire de Sécurité des Aliments - Anses (site de Boulogne-sur-Mer)
  • UMR BIPAR – Laboratoire de Santé Animale – Anses (site de Maisons-Alfort)
  • Laboratoire Territoires, Villes, Environnement et Société - ULR 4477 (site de Dunkerque)

Participants TVES : Louinord VOLTAIRE (ULCO), Philippe CHAGNON (ULCO)
Résumé et objectif du projet :
Les produits de la pêche et de l’aquaculture représentent une part importante de l’apport en protéines pour la population mondiale. Des risques chimiques et biologiques (parasites, virus, bactéries) sont associés à la consommation des produits de la pêche et de l’aquaculture. Des données existent quant à la répartition de certains parasites zoonotiques dans les produits de la pêche et de l’aquaculture et des recommandations de consommation de ces produits pour se prémunir de ces risques ont été émises par l’Anses. Cependant, de nombreuses données biologiques sont encore manquantes pour pouvoir évaluer le potentiel zoonotique de certains parasites et pour définir leur distribution dans les produits consommés en France. Cet état de fait peut être mis en regard avec la perception par le consommateur. En effet, la connaissance du risque parasitaire lié à la consommation de produits de la pêche et les moyens de maitrise de ce risque semblent globalement mal connus du grand public.
Le présent projet vise à acquérir des données sur les parasites potentiellement zoonotiques dans les produits de la pêche en se concentrant sur 2 aspects, d’une part la perception du risque lié à ces parasites par les consommateurs et d’autre part l’étude de la distribution et du caractère zoonotique de parasites peu connus. Il comportera 3 axes :

  1. une étude épidémiologique sur des produits de la pêche consommés en France : évaluation de la distribution d’un parasite (Cryptocotyle spp.) ;
  2. le développement d’outils d’expérimentation animale pour une meilleure définition des risques zoonotiques liés à la présence de parasites dans les produits de la pêche : essais in vivo ;
  3. une étude sur la perception du risque lié aux parasites présents dans les produits de la pêche et sur le comportement de consommation. Les données acquises permettront à moyen terme une meilleure évaluation et une maîtrise accrue du risque lié aux parasites présents dans les produits de la pêche.

L’objectif est d’acquérir des connaissances et compétences sur le risque lié aux parasites présents dans les produits de la pêche. Cet objectif sera réalisé par une approche pluridisciplinaire entre sciences « dures » et sciences humaines. Les premières viseront l’acquisition de connaissances biologiques sur des parasites peu connus. Les secondes viseront, par le biais d’enquêtes menées en étroite collaboration avec les professionnels de la pêche, l’évaluation des connaissances des consommateurs.

Mots clefs : Produits de la pêche ; Parasites ; Epidémiologie ; Potentiel zoonotique ; Perception du risque

POC Gulivers Global Evaluation Urbaine Gevu

Dates : janvier 2020-janvier 2021

Porteurs :
Le laboratoire Territoires, villes, environnement et société (TVES, Université de Lille, Université du littoral Côte d’Opale).

Participations TVES : Franck BODIN, MCF Ulille - Marie-Lavande LAIDEBEUR IGE ULille

Collaborations et designer :
Les communes de Villeneuve d’Ascq et de Lomme, la direction vie étudiante de l’Université de Lille, l’association Handifac, le conseil de quartier Triolo de Villeneuve d’Ascq, et des designers numériques, des designers médias et des sound designers.

Description du projet :
Constat est fait qu’une rupture d’accessibilité des territoires (mobilités, équipements, commerces, voiries...) par les usagers, notamment fragilisés, valides ou en situation de handicap représente des freins en matière de liens sociaux et de développement économique. C’est d’autant plus vrai dans un territoire comme un campus qui accueille des étudiants en situation de handicap, des étudiants français ou étrangers, des étudiants d’origines sociales différentes… Les jeunes adultes sortent de leur milieu pour être confrontés à de nouveaux mondes. C’est pourquoi le laboratoire développe un outil numérique, GEVU, qui croise diagnostic, visualisation, cheminements et solutions de mise en accessibilité des équipements, aménagements et services pour co-construire, avec les usagers en situation de handicap et les usagers valides, un modèle de campus inclusif, qualitatif et durable à l’Université de Lille. Il sera construit à partir d’une enquête collective sur les besoins, les usages et les idées pour favoriser l’accès aux bâtiments, aux lieux, aux services, aux connaissances et aux compétences. L’utilisateur rentrera son profil (déficience visuelle, auditive, cognitive, motrice mais aussi incapacité temporaire suite à un accident ou une maladie, port d’objet encombrants, femme enceinte, transport de chariots ou de poussettes...) pour visualiser l’université et ses cheminements indoor/outdoor. Cet outil numérique pourra constamment être actualisé par les utilisateurs (fonctions d’avertissement en cas de pannes ou de travaux par exemple). Dans sa globalité, le projet propose de repenser l’université dans une perspective de campus du futur afin de favoriser l’égalité des chances, l’intégration professionnelle et d’améliorer les principes d’accessibilité.

Objectifs dans le cadre de l'appel Design 2020 :
Développer des outils de visualisation spatiale, identifier les points de rupture et permettre une vraie inclusion sociale tout en favorisant l’optimisation des lieux, des bâtiments, des cheminements et des territoires. Développer un processus de co-construction territoriale à partir de la réalisation d’un objet numérique. Le projet mêle design d’espace au sens très large (à l’échelle d’un territoire), design d’objet numérique et design de process. À partir du site pilote du campus Cité scientifique le projet pourra être reproductible sur d’autres sites, en particulier les entreprises qui accueillent les stagiaires et les futurs professionnels. Tous ceux qui participent à cette aventure se veulent des acteurs avant-gardistes d’une reconquête territoriale.

Plus d'infos :

 

 

TIGA ENERGIES

Dates du projet : 03/07/2020 au 31/12/2029

Financement : État

Porteur du projet : Communauté Urbaine de Dunkerque Grand Littoral

Partenaires : Grand Port Maritime – ULCO – Ville de Dunkerque – Pôle d’excellence Energie 2020 - DK6 - Ecocem – GHRYD - CEATECH

Participants TVES : Michel Carrard - Hervé Flanquart - Séverine Frère - Christophe Gibout - Iratxe Calvo Mendieta - Louinord Voltaire

Résumé du projet : Faire du Dunkerquois un démonstrateur de l’industrie du XXIe siècle et développer les filières d’avenir. Cela passe par le renforcement de l’écologie industrielle et de l’économie circulaire, le soutien aux stratégies bas carbone et l’innovation dans le domaine énergétique.

Avec le projet TIGA, une nouvelle ère s’ouvre pour le Dunkerquois, qui passe par l’exploration de nouveaux process industriels, la formation aux compétences et métiers de demain avec le soutien d’EuraEnergie, et une priorité : l’amélioration de la qualité de l’air, pour préserver la santé des habitants et conforter notre cadre de vie.