CoWalio

Dates : septembre 2020 - décembre 2021

Financement : Fondation I-SITE ULNE

Portage du projet :

  • Vincent DUWICQUET MCF Economie Clersé–UMR 8019
  • Justine FAURE PU Histoire IRHiS–UMR 8529
  • Yohann MORIVAL MCF Sciences politiques CERAPS – UMR 8026 (coordinateur ULille)
  • François-Olivier SEYS, PU Géographie TVES ULR 4477

Descriptif du projet : La Guerre froide a longtemps été saisie par les oppositions militaires, politiques et idéologiques entre deux blocs, l’un décrit comme communiste, l’autre comme capitaliste. Les compétitions entre ces blocs ont été centrales dans le fonctionnement des organisations internationales comme dans le façonnement de la  communauté économique européenne (CEE) puis de l’Union européenne (UE). Toutefois, l’accent mis sur les oppositions fournit peu d’éléments pour comprendre la transition post-Guerre froide et les conditions de possibilité d’une intégration rapide des pays d’Europe centrale et orientale dans une économie mondialisée et libéralisée. Penser la Guerre froide par le prisme des circulations économiques invite à articuler les contestations idéologiques du modèle communiste, l’essor de réseaux économiques transnationaux et les recompositions territoriales. Ce faisant, le présent projet propose d’analyser la mondialisation de l’économie de marché.

Si plusieurs travaux interrogent la circulation des modèles économiques entre les « blocs » dès les années 1960s1, nous souhaitons élargir la chronologie de la transition afin de nuancer les visions posant un avant et un après la chute du mur de Berlin en 1989. Pour ce faire, notre projet articulera quatre dynamiques  rarement tenues ensemble dans la littérature : la circulation des modèles et des pratiques économiques via la formation au management mise en place dès les années 1950 par la Fondation Ford en Pologne et Hongrie ; la constitution de réseaux économiques transnationaux entre 1970 et la fin des années 1990 par l’étude de groupes patronaux Est-Ouest ; la reconfiguration des tissus économiques de plusieurs villes d’Europe centrale ainsi que l’évolution des inégalités territoriales avec l’intégration de plusieurs pays d’Europe centrale à l’Union européenne. L'articulation de ces différentes échelles d'analyse permet de repenser les modalités et la temporalité des circulations économiques Est-Ouest depuis les années 1950. En lien avec les objectifs du hub « cultures et société en mutation », ce projet cherche à saisir l'Europe comme un laboratoire des transitions sociales au prisme des évolutions économiques. Plus précisément, le projet CoWaLio vise à contribuer à deux axes de l’appel à manifestation d’intérêt. L’attention portée aux dynamiques intra-européenne durant la guerre froide nous permettra de participer aux réflexions autour de l’axe « Construire l’Europe : politique, économie, idées et institutions ». L’étude des circulations économiques transatlantiques comme intra-européennes invite également à penser l’Europe comme acteur d’un système international en transition, réflexions au coeur de l’axe « Provincialiser l’Europe ? ». Afin de rendre compte au mieux des dynamiques à l’oeuvre dans cette transition, le projet adopte une approche pluridisciplinaire articulant science politique, histoire, économie et géographie. Cette pluridisciplinarité permet de développer une approche attentive aux jeux d’échelles : le projet articule l’étude d’organisations internationales, l’analyse des transferts de modèles et de pratiques au sein d’un pays, les interactions macroéconomiques Est-Ouest ou encore l’évolution des territoires urbains et de leurs populations. Ainsi pensée, la pluridisciplinarité permet de développer différentes facettes des circulations économiques Est-Ouest autour d’un même questionnement. Le dernier volet de ce projet concerne son inscription dans l’avenir. L’organisation d’un colloque international devant permettre le dépôt d’un projet ANR et/ou d’un projet Jean Monnet en partenariat avec une Université d’Europe centrale.

http://www.isite-ulne.fr/index.php/fr/etudes-europeennes-et-intemationales

 

 

ERICA

Dates : février 2021- Décembre 2022

Financement : I-SITE ULNE

Portage du projet : Université de Lille - Elodie CASTEX MCF-HDR ULille /TVES

Partenaires : Laboratoire d'Electrotechnique et d'Electronique de Puissance (L2EP) & Rochester Institute of Technology (RIT) Department of Public Policy

Equipe du projet : Alain Bouscayrol, Anatole Desreveaux (L2EP) et du projet : Alain Bouscayrol, Anatole Desreveaux (L2EP) et Eric Hittinger (RIT)Participants TVES : Christelle Audouit, Philippe Deboudt, Julia Frotey, Marie Laboureur, Eugénie Masclef

Descriptif : Projet interdisciplinaire associant le laboratoire TVES au Laboratoire L2EP sur la question de l'introduction des énergies renouvelables (ENR) dans l'infrastructure de recharge pour véhicules électriques. Le projet vise à évaluer tant sa mise en œuvre concrète par les acteurs du territoire (et continuer d'explorer ainsi les questions de gouvernance de l'énergie) que son acceptabilité sociale et sa réception auprès des populations. Pour cela une méthodologie avec des approches qualitatives (entretiens semi-directifs) et quantitatives (questionnaires, base de données géo référencées sous système d'information géographique, cartographies) seront mobilisées tout au long du projet. Le projet ERICA s'inscrit dans le prolongement de recherches interdisciplinaires engagées au sein de l'équipe du programme CUMIN (Campus Universitaire à Mobilité Innovante et Neutre en carbone) soutenu par l'Université de Lille et inscrit dans un LAI ; il fait également le lien avec des recherches engagées dans le HUB 2 de l'i-SITE ULNE. Mots clés : Electromobilité, Véhicule électrique, énergie renouvelable, acceptabilité, gouvernance

Gulivers campus

Dates : mars 2020 - février 2021

Projet Région Hauts-de-France / dispositif START-AIRR

Financement : FIRAH  (Fondation internationale de la recherche appliquée sur le handicap) & CCAH (Comité national coordination action handicap)- I-site ULNE

Responsable scientifique : Franck BODIN MCF ULille / TVES

Descriptif du projet :  GULIVERS CAMPUS est un projet de création d’un logiciel et d’une application Web de datavisualisation et d’optimisation des bâtiments, des cheminements et des services. Cet outil numérique concrétisera plusieurs années de recherche en matière de développement du diagnostic territorial, d’évaluation et de facilitation des mobilités. Il a été baptisé GEVU : Globale Evaluation et Visualisation des Usages. L’objectif est de permettre la diffusion de l’outil au sein de la société civile avec une demande en augmentation constante et des utilisateurs en attente de solutions. Le projet Start’Airr est une clef importante de la réussite de ce projet de recherche opérationnelle, de la finalisation de GEVU et de la création d’entreprise.

 Le développement technologique de GEVU se décline en quatre fonctionnalités complémentaires :

  • de cartographie participative et dynamique,
  • de diagnostic,
  • de navigation et d’itinéraires extérieurs et intérieurs (outdoor/indoor) selon des profils d’utilisateurs,
  • d’aide à la décision.

GEVU permettra d’intégrer des relevés, de visualiser la donnée territoriale et architecturale. Il offrira la possibilité d’évaluer le coût des changements et de visualiser les cheminements en fonction des capacités des utilisateurs, valides ou en situation de handicap. Service unique et centralisateur, GEVU favorisera le partage et la diffusion de l’information entre acteurs, décideurs et usagers. Il évaluera le niveau d’accessibilité, proposera des solutions techniques, réalisera des rapports automatiques, estimera les coûts, mutualisera les solutions.

La mobilisation de toutes les expertises (numériques, scientifiques, usagères) et la co-conception d’une application sur le site pilote de la Cité Scientifique visent la co-construction de l'aménagement inclusif, l’égalité, et l’intégration professionnelle et sociale de toutes les populations. La solution des créations d’itinéraires continus indoor/outdoor est attendue comme pionnière (du métro à la salle du cours, par exemple). GULIVERS  Campus veut développer les compétences des individus, des groupes et des espaces. Cette recherche constitue un socle reproductible pour un transfert de technologie et la création d’entreprise.

Objectifs :

  • Contribuer au développement d’une société inclusive par des outils numériques et des aménagements apportant un progrès pour toutes et tous.
  • Concevoir une application de datavisualisation, d’itinéraires et de gestion reproductible (collectivités, entreprises etc.) pour favoriser l’accessibilité et la qualité d’usage.
  • Inventer un nouvel outil de navigation personnalisé outdoor/indoor en entrant un profil personnel (déficiences visuelles, cognitives, motrices ou auditives, blessures, transport d’objets, etc.).
  • Susciter une stimulation collective autour du projet comme levier de participation.
  • Favoriser l’accessibilité à la citoyenneté, à l’autonomie et contribuer à une égalité des chances.
  • Former les étudiants à l’aménagement durable accessible et constituer un apport scientifique sur les enjeux d’une société et d’une université inclusive.

Résultats attendus : Logiciel/application GEVU (Globale Evaluation et Visualisation des usages : cartographie dynamique, diagnostics, navigation par profil) 

  • Publication et articles scientifiques
  • Nouvelles solutions d’aménagements dans une base de données mutualisée
  • Constitution d’un réseau d’acteurs institutionnels/associatifs/usagers
  • Autonomisation de toutes les populations et participation citoyenne.

RECONVERT

Dates : 2020 -

Financement :

Responsable scientifique :

TVES partenaire d’une chaire industrielle portée par l’IMT Lille-Douai (Arnaud Donlec) et sélectionnée dans le cadre de la 3ème session de l’AAP conjoint I-SITE & MEL « Chaires industrielles » :

Participants TVES :Christine Liefooghe MCF ULille (tiers lieux, écosystème territorial) et Eric Masson MCF ULille (SIG)

Descriptif du projet :