Cerb'Air

Dates : juin 2020 - septembre 2022

Financement : Région Hauts-de-France, État, FEDER

Porteur du projet : IMT Lille Douai - Laboratoire CRI EE

Responsable scientifique : Nadine LOCOGE / IMT Lille Douai

Partenaires :

Participants TVES : Séverine FRERE, MCF-HDR ULCO, Hervé FLANQUART, PU ULCO

Résumé du projet :  L’exposition des populations aux polluants de l’air, tant à ceux de l’air ambiant que ceux présents dans les environnements intérieurs est une question d’actualité qui interroge tout un chacun et pour laquelle une prise de conscience s’opère de plus en plus auprès de chaque individu. La pollution de l’air a ainsi été identifiée comme la 2ème cause de préoccupations environnementales des Français.

Cependant, le manque d’accessibilité aux données de qualité de l’air individualisées et la complexité des paramètres d’influence entraînent parfois une difficulté à appréhender des actions à conduire à l’échelle individuelle pouvant permettre une amélioration de la qualité de l’air. Un changement d’échelle avec la possibilité d’apporter une information personnalisée relative à l’exposition de chaque individu et la fourniture d’information avec présentation des bonnes pratiques pourrait permettre une sensibilisation des individus et/ou un changement de comportement. Ainsi donner les moyens d’agir à son propre niveau pour améliorer sa qualité de l’air peut être un des leviers d’action rendant alors chaque individu acteur de son environnement et non plus simple spectateur impacté par la pollution.

Mots clés : micro-capteur, pollution atmosphérique, exposition personnelle, sensibilisation, changement de comportements

PAPERFISH

Dates : janvier 2021-novembre 2023
Financement : Région Hauts-de-France
Porteur du projet :  ANSES site de Boulogne-sur-Mer - Mélanie GAY
Partenaires :

  • UB3PA - Laboratoire de Sécurité des Aliments - Anses (site de Boulogne-sur-Mer)
  • UMR BIPAR – Laboratoire de Santé Animale – Anses (site de Maisons-Alfort)
  • Laboratoire Territoires, Villes, Environnement et Société - ULR 4477 (site de Dunkerque)

Participants TVES : Louinord VOLTAIRE (ULCO), Philippe CHAGNON (ULCO)
Résumé et objectif du projet :
Les produits de la pêche et de l’aquaculture représentent une part importante de l’apport en protéines pour la population mondiale. Des risques chimiques et biologiques (parasites, virus, bactéries) sont associés à la consommation des produits de la pêche et de l’aquaculture. Des données existent quant à la répartition de certains parasites zoonotiques dans les produits de la pêche et de l’aquaculture et des recommandations de consommation de ces produits pour se prémunir de ces risques ont été émises par l’Anses. Cependant, de nombreuses données biologiques sont encore manquantes pour pouvoir évaluer le potentiel zoonotique de certains parasites et pour définir leur distribution dans les produits consommés en France. Cet état de fait peut être mis en regard avec la perception par le consommateur. En effet, la connaissance du risque parasitaire lié à la consommation de produits de la pêche et les moyens de maitrise de ce risque semblent globalement mal connus du grand public.
Le présent projet vise à acquérir des données sur les parasites potentiellement zoonotiques dans les produits de la pêche en se concentrant sur 2 aspects, d’une part la perception du risque lié à ces parasites par les consommateurs et d’autre part l’étude de la distribution et du caractère zoonotique de parasites peu connus. Il comportera 3 axes :

  1. une étude épidémiologique sur des produits de la pêche consommés en France : évaluation de la distribution d’un parasite (Cryptocotyle spp.) ;
  2. le développement d’outils d’expérimentation animale pour une meilleure définition des risques zoonotiques liés à la présence de parasites dans les produits de la pêche : essais in vivo ;
  3. une étude sur la perception du risque lié aux parasites présents dans les produits de la pêche et sur le comportement de consommation. Les données acquises permettront à moyen terme une meilleure évaluation et une maîtrise accrue du risque lié aux parasites présents dans les produits de la pêche.

L’objectif est d’acquérir des connaissances et compétences sur le risque lié aux parasites présents dans les produits de la pêche. Cet objectif sera réalisé par une approche pluridisciplinaire entre sciences « dures » et sciences humaines. Les premières viseront l’acquisition de connaissances biologiques sur des parasites peu connus. Les secondes viseront, par le biais d’enquêtes menées en étroite collaboration avec les professionnels de la pêche, l’évaluation des connaissances des consommateurs.

Mots clefs : Produits de la pêche ; Parasites ; Epidémiologie ; Potentiel zoonotique ; Perception du risque

POC Gulivers Global Evaluation Urbaine Gevu

Dates : janvier 2020-janvier 2021

Porteur : Université de Lille & Université du littoral Côte d’Opale/ Laboratoire Territoires, villes, environnement et société (TVES)

Participations TVES : Franck BODIN, MCF Ulille - Marie-Lavande LAIDEBEUR IGE ULille
Collaborations et designers : Communes de Villeneuve d’Ascq & Lomme - Direction vie étudiante de l’Université de Lille - Association Handifac - Conseil de quartier Triolo de Villeneuve d’Ascq - Designers numériques- Designers médias et Sound designers.


Description du projet :
Constat est fait qu’une rupture d’accessibilité des territoires (mobilités, équipements, commerces, voiries...) par les usagers, notamment fragilisés, valides ou en situation de handicap représente des freins en matière de liens sociaux et de développement économique. C’est d’autant plus vrai dans un territoire comme un campus qui accueille des étudiants en situation de handicap, des étudiants français ou étrangers, des étudiants d’origines sociales différentes… Les jeunes adultes sortent de leur milieu pour être confrontés à de nouveaux mondes. C’est pourquoi le laboratoire développe un outil numérique, GEVU, qui croise diagnostic, visualisation, cheminements et solutions de mise en accessibilité des équipements, aménagements et services pour co-construire, avec les usagers en situation de handicap et les usagers valides, un modèle de campus inclusif, qualitatif et durable à l’Université de Lille. Il sera construit à partir d’une enquête collective sur les besoins, les usages et les idées pour favoriser l’accès aux bâtiments, aux lieux, aux services, aux connaissances et aux compétences. L’utilisateur rentrera son profil (déficience visuelle, auditive, cognitive, motrice mais aussi incapacité temporaire suite à un accident ou une maladie, port d’objet encombrants, femme enceinte, transport de chariots ou de poussettes...) pour visualiser l’université et ses cheminements indoor/outdoor. Cet outil numérique pourra constamment être actualisé par les utilisateurs (fonctions d’avertissement en cas de pannes ou de travaux par exemple). Dans sa globalité, le projet propose de repenser l’université dans une perspective de campus du futur afin de favoriser l’égalité des chances, l’intégration professionnelle et d’améliorer les principes d’accessibilité.

Objectifs dans le cadre de l'appel Design 2020 :
Développer des outils de visualisation spatiale, identifier les points de rupture et permettre une vraie inclusion sociale tout en favorisant l’optimisation des lieux, des bâtiments, des cheminements et des territoires. Développer un processus de co-construction territoriale à partir de la réalisation d’un objet numérique. Le projet mêle design d’espace au sens très large (à l’échelle d’un territoire), design d’objet numérique et design de process. À partir du site pilote du campus Cité scientifique le projet pourra être reproductible sur d’autres sites, en particulier les entreprises qui accueillent les stagiaires et les futurs professionnels. Tous ceux qui participent à cette aventure se veulent des acteurs avant-gardistes d’une reconquête territoriale.

Plus d'infos :