PEROPALE

 

Pêche récréative sur le Côte d'Opale : quelles pratiques pour une meilleure gouvernance des littoraux ?

La recherche se focalise sur les différentes formes de pêche récréative sur le rivage et dans la limite des deux mille nautiques, et ce sur la portion de la Côte d'Opale allant du Cap Gris-Nez au nord à Equihen au sud.

L'objectif final est de contribuer à une meilleure gouvernance des pratiques qui permettrait de concilier au mieux préservation des ressources et maintien d'activités traditionnelles faisant l'objet d'un fort attachement local.

Lien vers le site du projet.

Financement : Programme Littoral de la Fondation de France

2016-2019

Responsable Scientifique : Hervé Flanquart, Professeur des Universités en aménagement-urbanisme (ULCO)

Equipe :

  • TVES
  • LISIC
  • LARJ
  • DEMEL

Le projet « Pêche récréative sur la Côte d’Opale : quelles pratiques pour une meilleure gouvernance des littoraux ? » (2016-2019) est soutenu par le programme « Quels littoraux pour demain ?» de la Fondation de France. Il est coordonné par Hervé Flanquart et géré par le GIS Campus de la Mer.

La recherche, menée sur une portion de la Côte d’Opale (du Cap Gris Nez au nord, à Equihen au sud) porte sur différentes formes de pêche récréa-tive (sur et depuis le rivage et dans la limite des deux milles nautiques). L’objectif final est de con-tribuer à une meilleure gouvernance des pratiques, afin de mieux concilier préservation des ressources et maintien d’activités traditionnelles faisant l’objet d’un fort attachement local. Ce projet s’inscrit dans une démarche interdisciplinaire avec l’implication de plusieurs laboratoires (TVES, LISIC, LARJ, GEMEL).

Plusieurs objectifs spécifiques sont envisagés : (1) recueillir le maximum d’informations sur la situation, les aspirations et desiderata des uns et des autres, les conflits d’usage, etc .(entretiens semi-directifs auprès d’acteurs très variés, pê-cheurs, environnementalistes, etc.) ; (2) Obtenir une vision quantitative de la fréquentation des lieux de pêche récréative grâce à des prises de vues aé-riennes (par ULM, drone en vol stationnaire, et traitement automatisé des images captées) ; (3) produire une évaluation économique, inédite, des bénéfices marchands et non marchands générés par des activités liées à la pêche récréative (questionnaires) ; (4) Mettre en évidence des pra-tiques et des logiques d’acteurs différentes et, très probablement, des conflits d’usages (recherche participative, cartes mentales, approche prospec-tive).

Des débats et échanges seront menés au sein de focus groups constitués des chercheurs de l’équipe et des parties prenantes de la pêche récréa-tive. Ils permettront de construire des scenarii - plus ou moins optimistes, plus ou moins consensuels - pour l’avenir de cette pratique.

Membres TVES participants : C. Audouit, M. Carrard, P. Chagnon, P. Deboudt, H. Flanquart, C. Gibout, V. Herbert, F. Lebreton, C. Roche, Savy A., N. Verlynde, L. Voltaire.