Micro projet Interreg BLUE

Objectifs du micro-projet Interreg BLUE

Très présentes en Wallonie et dans le nord de la France, les ressources contenues par les friches fluviales sont variées : zones humides, patrimoines industriels, infrastructures logistiques, espaces publics, gisements fonciers. Les métiers qu’elles mobilisent sont paradoxalement peu connus par le grand public. Les ressources qu’elles contiennent en font des espaces soumis à la pression immobilière. Vu l’objectif de la Commission Européenne, visant à supprimer d’ici à 2050 l’extension des surfaces urbanisées et sa déclinaison dans les politiques régionales, la pression foncière ne fera que croître sur ces friches. Celles-ci risquent d’être considérées à court et moyen terme uniquement sous l’angle du gisement foncier, au détriment des autres ressources, moins rentables, mais néanmoins nécessaires au bon fonctionnement territorial. Les actions prévues par ce micro-projet Interreg visent, d’une part, l’échange des connaissances à travers des journées rassemblant des chercheurs issus de disciplines variées, des étudiants, des collectivités et gestionnaires locaux, et d’autre part, la valorisation et la dissémination de ces échanges grâce à l’élaboration d’un atlas pédagogique et commenté, un jeu vulgarisant le rôle des acteurs (serious game) et l’organisation d’une exposition.
Les avantages d’une approche transfrontalière?
Le recyclage des friches répond à la lutte contre un étalement urbain transfrontalier quasi homogène, vu les continuités géographiques et humaines. Le creusement du Canal Seine Nord Europe remettra en débat les friches fluviales sur l’ensemble de cet espace transfrontalier. Ces friches ont également une dimension patrimoniale, compte tenu de leur trajectoire industrielle commune. Pour toutes ces raisons, l’approche de ces friches fluviales doit être transfrontalière. L’avantage d’une approche transfrontalière permettra d’identifier les défis communs des ressources contenues par les friches fluviales, de sensibiliser aux différents métiers qu’elles mobilisent et de faciliter l’échange de bonnes pratiques relatives à leur aménagement.

Financement FEDER : 30 000€

avec le soutien du Fonds européen de développement régional

Porteur de projet : Université de Mons - Kristel Mazy

Participantes TVES : Pauline Bosredon (MCF) et Marie-Thérèse Grégoris (MCF)